Association Renaissance Catholique

Agenda

25e Fête du Livre, dimanche 4 décembre 2016
à Grand’Maisons (Villepreux, Yvelines), dimanche 4 décembre de 10h à 19h.


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

Abonnement

Don

Nouvelle adresse
  depuis juillet 2014
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 



Commentez nos articles : utilisez la fonction qui se trouve au bas de chacun d'entre eux. Pour recevoir notre lettre électronique d’informations : Cliquez dans la colonne de gauche sur « Lettre d'informations », puis saisissez dans le centre de la page « votre adresse email » et « validez » deux fois.

TERRES DE MISSION N°9 avec l’Abbé Troadec

Émission sur TV Liberté Le 27 novembre 2016

L’Église universelle

En ce dimanche 27 novembre l’Église catholique entre dans la période de l’Avent qui va préparer les fidèles à la célébration de la naissance du sauveur en la fête de Noël. L’abbé Troadec, supérieur du séminaire de la Fraternité Saint Pie X, saint curé d’Ars à Flavigny en Côte d’or, et auteur d’une brochure De l’Avent à l’Épiphanie au jour le jour nous explique ce qu’est l’Avent et quelle est la spiritualité particulière de cette période liturgique.

L’Eglise en France

Le 1 décembre 1916 le père Charles de Foucauld était assassiné, dans son bordj de Tamanrasset, par une bande de pillards senoussistes. À l’occasion du centenaire de cet événement l’Homme Nouveau publie un hors-série intitulé Charles de Foucauld. L’Évangile au Sahara. Le général Jacques Richou arrière petit-fils de René Bazin, le célèbre biographe du “frère universel”, président de l’association des amis de René Bazin et membre des amitiés Charles de Foucauld nous présente la vie du père de Foucauld, les traits marquants de sa personnalité et de sa spiritualité ainsi que l’état de la question de son procès de canonisation.

L’Église en Marche

Les santons qui ornent les crèches provençales ont été créés un peu avant la Révolution Française à Marseille. Une jeune mère de famille, Perrine Collette, a eu l’idée, d’abord pour s’amuser puis afin d’aider financièrement l’école hors contrat dans laquelle sont scolarisés ses enfants -Notre-Dame de Fatima à La Chapelle d’Armentières (59)- d’actualiser ces figurines. Ont ainsi été créés, sous le vocable Crèches de France, des santons portant le sweat-shirt de La Manif Pour Tous ou le polo des coureurs du semi-marathon de Paris avec SOS Chrétiens d’Orient. De nouveaux personnages ont vu le jour : une religieuse dominicaine, un prêtre en soutane, des chrétiens d’Orient, etc.

+ Voir l'article


Marine Le Pen sera-t-elle la Daisy Trump française ?

L’élection à la présidence des États-Unis de Donald Trump a déchaîné les hurlements hystériques des tenants du système et l’enthousiasme, non moins frénétique, des soutiens de Marine Le Pen. L’élection du milliardaire texan annoncerait celle, inéluctable, de la fille de Jean-Marie Le Pen à la présidence de la République française.

Ce parallèle n’est-il pas un peu rapide ?

Des points communs

Donald Trump et Marine Le Pen ont en commun de se présenter comme des opposants au système en place et d’affirmer être les représentants du peuple contre des élites dévoyées, corrompues et acquises aux utopies mondialistes qui ont réduit au chômage et à l’insécurité sociale et physique le « petit blanc » de Détroit comme celui de Belfort.

On peut cependant penser que le parallèle s’arrête là.

De nombreuses différences

En effet, tout opposant déclaré au système qu’il soit Donald Trump était le candidat d’un parti qui a déjà gouverné les États-Unis pendant de nombreuses mandatures. Durant la campagne électorale le parti républicain a mis au service de son candidat son réseau d’élus : gouverneurs, députés, sénateurs, etc. La situation du Front national n’est pas du tout la même. Son réseau d’élus est en cours de constitution mais est encore embryonnaire par rapport à celui des autres partis. Sous cet aspect la comparaison pertinente serait celle de l’élection de Marine Le Pen à la présidence des Républicains ce qui ne semble pas à l’ordre du jour.

De plus le numéro deux du dispositif républicain était le vice-président Mike Pence, ancien membre de la chambre des représentants et gouverneur de l’Indiana, représentant la droite religieuse- il est évangéliste- très attaché à la défense de la vie humaine innocente. Il a donné du crédit à la campagne de Trump où les enjeux économiques ont certes été présents mais éclipsés par de véritables questions de société : arrêt de l’immigration en provenance du Mexique, lutte contre l’Islam, opposition à l’avortement, etc. Tout au long de cette campagne, Trump est resté fidèle à sa ligne de conduite : « pas d’ennemi à droite ». Mutatis mutandis, dans le dispositif du Front national l’homologue de Mike Pence est Florian Philippot. Ancien élève de l’ENA, gaulliste revendiqué, inverti notoire et chevènementiste non repenti, celui-ci se fait régulièrement remarquer par ses attaques contre tout ce qui représente, à ses yeux, la droite chrétienne et conservatrice. Il a ainsi déclaré que l’abolition du mariage dit pour tous avait la même importance que la culture du bonsaï. De son côté dans un entretien à Valeurs Actuelles le 7 juillet 2016 Marine Le Pen tenait à se démarquer publiquement de « Certains qui ont une vision confessionnelle de la politique » affirmant « Je n’ai rien de commun avec eux ». Jean Madiran aurait relevé en quoi cette affirmation, déjà politiquement maladroite, était surtout objectivement inepte. Entre Marine Le Pen et ces présumés « théocrates », a priori catholiques-on ne les imagine pas musulmans ou adorateurs de l’oignon- on peut penser qu’il y a au moins en commun la nature humaine et l’amour de la France. Cette déclaration manifeste surtout un refus de considérer les enjeux de civilisation comme les véritables questions qui engagent l’avenir de la France. Donald Trump a fait une campagne de transgression par rapport au politiquement correct sur des enjeux de civilisation. Ce n’est pas la campagne que mène Marine Le Pen, très attachée à être dédiabolisée, sur l’Islam, l’avortement, la liberté scolaire, etc. Il est paradoxal que dans le mouvement général de droitisation de la société française le Front national estime nécessaire de se « gauchir » distinguant islam et islamisme, cherchant à promouvoir les « minorités visibles », faisant l’apologie de l’avortement comme « droit des femmes », etc.

+ Voir l'article

Nous ne sommes pas des extrémistes

Le noyau dirigeant des évêques de France vient de mener, par trois publications quasiment simultanées, une offensive en règle contre ce qu’il appelle l’extrême droite. Le quotidien officieux de l’épiscopat, La Croix, a ainsi adressé à tous ses abonnés un dossier de 98 pages intitulé : Extrême-Droite : écouter, comprendre, agir. La conférence des évêques de France a de son côté publié un document de 4 pages : 2017, année électorale : quelques éléments de réflexion et une brochure de 94 pages : Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique.

Dieu soit loué : Ce n’est pas aux gens d’Église qu’a été confié l’honneur français. Bernanos (Nous autres Français). Il s’agit clairement, pour l’épiscopat français, de générer des « antidotes au Front national ». Au-delà de ce parti politique sont ainsi stigmatisés tous les patriotes qui s’inquiètent de l’enjeu de civilisation que représente, pour une société de culture chrétienne, l’arrivée de millions de musulmans désireux de conserver, sur notre territoire, leurs croyances et leurs modes de vie. On ne peut également qu’être atterré par la conception contractualiste de la vie sociale manifestée dans ces documents. Notre propos n’est pas de mener ici une analyse de ces textes mais simplement de rappeler les faits suivants.

Une étiquette assassine

Nous récusons cette étiquette d’extrémiste qui nous vise. Nous ne l’acceptons pas fût-ce par indifférence ou par bravade. Il importe de la rejeter : non point pour nos personnes, qui s’en moquent, mais pour les réalités que nous défendons, pour les solutions que nous proposons, pour le combat spirituel et politique que nous menons. Extrémiste cela veut dire : excessif, immodéré, démesuré, outrancier, brutal, violent, dangereux. Les réalités nationales et religieuses que nous défendons ne sont ni outrées ni excessives.

+ Voir l'article

TERRES DE MISSION N°6 avec l’Abbé Guillaume de Tanoüarn

Émission sur TV Liberté Le 06 novembre 2016

L’Église universelle

La compagnie de Jésus, les jésuites, est à ce jour l’ordre religieux le plus important de l’Église si on en croit le nombre de ses membres : 16 000 religieux dont 4 000 indiens. L’élection du père Arturo Sosa comme, “pape noir” et 31e préposé général de la Compagnie est donc un événement important de la vie de l’Église.

Enguerrand Boissonnet coorganisateur du semi marathon pour les chrétiens d’Orient, qui aura lieu le 5 mars 2017, présente cet événement sportif et médiatique qui vise à alerter l’opinion sur la condition des chrétiens persécutés en Orient et à lever des fonds.

L’Église en France

Les évêques de France viennent de s’inviter dans le débat électoral en publiant trois documents officiels ou officieux dont surtout un texte du conseil permanent de la conférence des évêques de France : Dans un monde qui change retrouver le sens du politique. Monsieur l’abbé de Tanoüarn, prêtre de l’Institut du Bon Pasteur, rédacteur en chef de Monde et Vie, commente ce texte qui s’éloigne, dans l’ensemble comme dans le détail, de l’enseignement traditionnel de l’Église sur la société, réalité naturelle et non conséquence d’un simple contrat social.

L’Église en Marche

Mère Alice-Marie, docteur en histoire, dominicaine enseignante de la congrégation du Saint Nom de Jésus de Fanjeaux présente le livre qu’elle vient de publier aux éditions Clovis : Rupture ou Fidélité– 1948-1975, sur l’histoire récente de sa congrégation. Ou comment une communauté religieuse a su préserver son identité et la fidélité à l’esprit de ses constitutions originelles dans la tourmente conciliaire. Un témoignage pour l’histoire et une clé de lecture pour les catholiques de bonne volonté qui s’interrogent à la vue de la crise de l’Église qui dure : mais comment a-t-on pu en arriver là ?

+ Voir l'article

TERRES DE MISSION N°5 avec l’abbé Barthe

Émission sur TV Liberté Le 30 octobre 2016

Dans la première partie de l’émission, l’abbé Claude Barthe nous parle du Cardinal Sarah, puis, toujours avec l’abbé Barthe, nous analyserons les ordinations sacerdotales 2016 et nous terminerons par une étude sur les racines chrétiennes de la France avec Geoffroy Caillet.

+ Voir l'article

Fête du Livre - Programmes et informations

Renaissance Catholique Dimanche 4 décembre 2016, à Grand’Maisons (Villepreux, Yvelines)


Cliquer sur l’image pour télécharger le tract

+ Voir l'article

TERRES DE MISSION N°2

Émission sur TV Liberté Le 09 octobre 2016

+ Voir l'article

+ Plus d'articles

Blog