Association Renaissance Catholique

Agenda

Répondre aux défis du monde moderne - Formation pour les 16 - 25 ans
du samedi 28 octobre au mercredi 1er novembre 2017

Nouveauté


Géographie pour les enfants


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


A la veille de 2014

À contre-courant !

« Être dans le vent, c’est avoir une ambition de feuille morte. » (Jean Guitton)

Depuis un an a grossi la masse de ceux qui n’acceptent plus de se laisser emporter par les flots dominants de l’individualisme, de l’hédonisme et du matérialisme, et se sentent attaqués dans leurs manières de vivre et leurs libertés. Aveuglé par son idéologie égalitariste et mondialiste, le gouvernement de François Hollande poursuit imperturbablement son entreprise de démolition de la famille, seul rempart de l’individu face au nouveau Léviathan qu’est l’État moderne, de réduction des inégalités, qui ne sont pas toujours des injustices, par l’appauvrissement délibéré des classes moyennes, de remplacement des populations dites de souche par des populations étrangères à notre histoire, à notre civilisation et à nos mœurs.

Une réaction s’est levée
Deux insurrections se sont fait jour. D’une part une résistance éthique et sociétale face à la dénaturation du mariage. Mouvement d’une immense ampleur, essentiellement motivé par la référence, plus ou moins consciente, à une conception chrétienne de l’homme et à la croyance en un ordre naturel des choses. Mouvement pacifique, non-violent, « bien élevé » selon l’heureuse expression de Gabrielle Cluzel, à l’origine soutenu par les évêques de France, et qui, contre toute attente, perdure dans le temps.
D’autre part, plus récemment, la révolte des « Bonnets rouges » en Bretagne a témoigné du ras-le-bol fiscal d’une population qui estime que son destin lui échappe et que les petits hommes gris de Bruxelles ont programmé sa disparition. « Vivre et travailler au pays » pourrait être le cri de ralliement de ces irréductibles bretons, menés par des personnalités qui ne sentent ni la réaction ni le cléricalisme puisque le principal meneur en est Christian Troadec, maire divers gauche de Carhaix, pays « rouge » depuis bien longtemps. Les actions de ces opposants au gouvernement sont autrement musclées que celles des militants de La Manif Pour Tous. Les uns détruisent les portiques écotaxe et envahissent la sous-préfecture de Carhaix, les autres lâchent des poules devant l’Assemblée Nationale. Ce n’est pas tout à fait le même registre…

Ces révoltes prennent le risque d’être sans lendemain, récupérées par le système, si elles ne remettent pas en cause les faux principes sur lesquels repose le monde clos du mensonge qui nous oppresse. Mais la « banalisation du mal », selon l’expression de Hannah Arendt, pèse d’un poids considérable sur les intelligences et les consciences. On ne peut, à cet égard, qu’être très surpris, par exemple, d’entendre Laurent Wauquiez, député maire du Puy-en-Velay, catholique revendiqué, affirmer le 7 décembre 2013 sur Canal + qu’il fréquente des sites pornographiques « comme tout le monde » ou Marion Maréchal-Le Pen faire l’apologie de la pilule contraceptive à l’occasion du décès de Lucien Neuwirth. De manière moins surprenante, la déclaration des évêques de France du 11 décembre 2013 à l’occasion des prochaines élections municipales ne comporte qu’une seule mise en garde et elle est dirigée contre les « discours populistes ». Suivez mon regard…

Remonter aux causes
Pour les uns comme pour les autres, l’étape suivante serait maintenant, nous semble-t-il, de pouvoir passer de la révolte contre les conséquences à l’analyse des vraies causes. C’est dire l’importance des mois qui viennent afin que ces révoltes, légitimes, soient l’occasion pour leurs acteurs de découvrir les véritables origines intellectuelles qui sous-tendent et génèrent les faits contre lesquels ils se dressent. N’est-ce pas d’abord fondamentalement contre le totalitarisme de l’État moderne qui prétend tout régenter que se révoltent les uns et les autres ? Ce peut être l’occasion d’une réflexion de fond sur la démocratie, la famille, les corps intermédiaires, la subsidiarité…
Le gouvernement craint comme la peste la convergence de ces deux mouvements d’opposition. Il multiplie les attentions et les prévenances envers les dirigeants des « bonnets rouges » présumés de gauche et persiste dans son mépris des responsables de La Manif Pour Tous, réputés de droite. La manœuvre aura-t-elle du succès ? Les mois qui viennent nous le diront. Le gouvernement se trouve cependant confronté à une double difficulté : il ne peut ni revenir sur l’écotaxe, surtout uniquement en Bretagne, imposée par l’Union Européenne et votée à l’unanimité par le Parlement, ni faire surveiller éternellement tous les portiques écotaxes de France par des gendarmes mobiles.

Le corps social dans son ensemble est à ce point violenté que pas une semaine ne passe sans que telle ou telle partie de la population ne se dresse contre le gouvernement : professeurs des classes préparatoires, professions libérales, centres équestres… De fait, le pouvoir soigne ce qui lui reste de socle électoral : les fonctionnaires, et en particulier les enseignants, en créant 60 000 postes et en supprimant le jour de carence pour les absences de maladie, et les Français de fraîche date en maintenant grandes ouvertes les pompes à aspirer l’immigration grâce aux multiples aides sociales dont bénéficient les immigrés, réguliers ou non. Le renvoi chez elle de la jeune kosovare Léonarda Dibrani a entraîné une intervention télévisée immédiate du président de la République, honneur auquel n’ont pas eu droit les deux parachutistes tués le 9 décembre en Centrafrique. Entre le retour au pays de Léonarda, dont le coût de la présence en France, avec sa famille, a été estimé à 595 000 euros, et la mort de deux de nos soldats en opération, nous savons ce qui est important pour François Hollande.

De nouvelles manifestations
Le début de l’année 2014 sera ponctué par diverses manifestations de résistance.
Le 19 janvier, le collectif En Marche pour la Vie ! rappellera publiquement les droits de l’enfant – sujet de droit et non simple objet de désirs – d’abord à vivre et ensuite à être élevé par un père et une mère. Puis, le 26 janvier, un Jour de colère rassemblera tous ceux, de plus en plus nombreux, qui manifesteront ainsi leur désapprobation de la politique désastreuse menée par François Hollande, adversaire acharné de la famille, fossoyeur de la libre entreprise, agent actif de la submersion de la France par des populations étrangères à son histoire et à ses valeurs.
Face à un pouvoir étranger à toute notion de bien commun et qui ne comprend que les rapports de force, nous participerons à ces deux événements et nous vous invitons à vous y joindre.

L’année 2014 sera ce que nous en ferons. Dernière en date des révoltes avortées, ultime coup de colère sans lendemain ou authentiques prémices d’un véritable retour aux principes qui ont assuré le rayonnement et la grandeur de la France ?
Providentiellement, nous célèbrerons cette année le huitième centenaire à la fois de la victoire de Bouvines et de la naissance de Saint Louis. Philippe-Auguste qui vainc, le 27 juillet 1214, avec le soutien des milices communales, les troupes anglaises, le comte de Flandres et l’empereur germanique Othon, conforte l’unité du royaume et concrétise la revanche du peuple sur des élites infidèles à leurs responsabilités. La naissance de Saint Louis, le 25 avril de la même année, nous rappelle que nous avons au Ciel un puissant protecteur qui veille sur la France. Nous croyons qu’il bénira nos combats et fustigera nos lâchetés !

Bonne et sainte année 2014 sous le regard et dans la main de Dieu !

Jean-Pierre Maugendre






Article précédent :
La fête du Livre : l’Histoire à l’honneur
Article suivant :
Le mois de janvier 2014 sera un mois de (...)






Mise à jour le 20 décembre 2013