Association Renaissance Catholique

Agenda

Répondre aux défis du monde moderne - Formation pour les 16 - 25 ans
du samedi 28 octobre au mercredi 1er novembre 2017

Nouveauté


Géographie pour les enfants


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


Défis lancés par l’islam et réflexions pour lui faire face



Pourquoi avoir choisi comme thème de cette Université d’été : La France au risque de l’islam ?
Jean-Pierre Maugendre : Ce titre fait référence à un ouvrage éponyme de Thierry Bouclier, paru en 2012 aux éditions Via Romana. L’auteur y décrivait le processus d’islamisation de nos sociétés à travers la banalisation de la nourriture halal, la multiplication des mosquées, les revendications sur le port du voile islamique dans l’espace public, etc. La visibilité croissante de l’islam est un phénomène que chacun peut observer ; cela d’autant plus que cette religion, totalement absente du territoire métropolitain, il y a soixante années, véhicule une culture et des usages qui détonnent dans le paysage traditionnel français. Visuellement, une mosquée n’est pas une église, la burka s’apparente peu aux coiffes bretonnes, le port de la barbe fournie non taillée, autrefois réservée aux capucins reste une originalité, etc. Après avoir subi une longue période de déclin, initiée par l’échec devant Vienne, en 1683, du grand Vizir ottoman Kara Mustapha, le monde musulman semble, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, connaître un renouveau de puissance comme en témoignent l’achèvement des processus de décolonisation, les disponibilités financières des monarchies pétrolières et, enfin, l’arrivée sur le sol européen de plusieurs dizaines de millions de musulmans qui ont conservé dans cette transhumance leur religion, leurs us et leurs coutumes. La présence sur le territoire français d’une population musulmane estimée à 7 millions de personnes lance donc de nouveaux défis à notre terre de vieille chrétienté. Cela d’autant plus que, tout au long de son Histoire, l’Occident a connu des relations plutôt conflictuelles avec le monde arabo-musulman. 

Lors de cette Université d’été, nous allons d’abord essayer de dresser un véritable état des lieux trop souvent occulté par le conformisme ambiant et le souci de plaire à une minorité, certes divisée religieusement et ethniquement mais dynamique, entreprenante, prolifique et absolument convaincue que l’avenir lui appartient. Au-delà des pétitions de principe, nous souhaitons ouvrir des pistes de réflexion réalistes afin de faire face à ce nouveau défi. 

Qu’apporterez-vous de plus par rapport aux précédentes universités d’été lors desquelles vous avez déjà traité de l’islam ?
J.-P.M. : La vocation de nos Universités d’été étant d’éclairer les débats contemporains à la lumière de l’Histoire, dans la fidélité à notre foi catholique, nous avons bien sûr déjà traité de l’islam : en 1995, La Croix et le Croissant. En 2000, Le xxie siècle sera-t-il musulman ? En 2003, Le choc des civilisations. Mythe et réalités et en 2004, Le Piège de la laïcité. Cependant, chaque année, la situation évolue. Les liens entre islam modéré et islam fondamentaliste ne se posaient pas dans les mêmes termes il y a dix ans. La question du terrorisme musulman en France ne revêtait pas la même acuité, etc. Comme chaque année, nous accueillerons de nouveaux conférenciers : Marie-Thérèse et Dominique Urvoy (islamologues), le général (2S) Marc Paitier … Alors que ce qui est en jeu c’est essentiellement la survie ou la disparition pure et simple du peuple français et de sa civilisation tels qu’ils existent depuis des siècles, le combat culturel conditionne l’avenir. Les succès politiques et électoraux suivent et accompagnent les révolutions – ou les contre-révolutions – culturelles. Avant de s’installer dans les ors des palais de la République, l’idéal libéral-libertaire de Mai 68 a été véhiculé par une multitude de penseurs et de médias. Aux idées fausses, il convient d’opposer des idées justes. 

Propos recueillis par Yves Amossé






Article précédent :
À propos de l’intégration par l’école
Article suivant :
Annoncer l’Évangile aux musulmans ? Par l’abbé (...)






Mise à jour le 18 mai 2015