Association Renaissance Catholique

Agenda

Répondre aux défis du monde moderne - Formation pour les 16 - 25 ans
du samedi 28 octobre au mercredi 1er novembre 2017

Nouveauté


Géographie pour les enfants


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


Vidéo

Interventions des écrivains à la Fête du livre

Le 4 décembre 2016



Vous n’avez pas pu venir à la fête du livre organisée par Renaissance catholique ?

Retrouvez les interventions de l’après-midi :

Conférence de Michel De Jaeghere sur son livre La compagnie des Ombres.

Conférence de Mathieu Bock-Côté Le multiculturalisme comme religion politique.

Conférence d’Eric Zemmour sur son livre Un quinquennat pour rien.

Conférence de Philippe de Villiers Les cloches sonneront-elles encore demain ?






Article précédent :
Ce dimanche, venez rencontrer Philippe de (...)
Article suivant :
Lettre à nos amis





Commentaires

Interventions des écrivains à la Fête du livre

par A. Patterson, le 2017-05-15 18:45:06

Bonjour,

Voici un nouvel article dans le même esprit. J’espère qu’il sera lisible copié-collé),(en particulier les notes). Un immense merci encore pour ce que vous faites ! Bien cordialement, AP Tous contre tous, ou le bal des costumes ‘Pour ce qui est contre, et contre ce qui est pour’.1 Aux mêmes journalistes aboyeurs répondent les mêmes polémistes placides et désabusés.2 La forme, toujours la forme, la sacrosainte image. Aux effets de manches, et de manchettes, qui n’ont pas convaincu les 30% d’indécis, a succédé, encore une fois, la sidération de résultats prédits aux 10è près. Sommes-nous donc tous devenus des robots ultra-prévisibles ? Il semblerait que nous en ayons repris pour cinq ans de saccage de nos acquis sociaux et services publics chèrement payés par nos ancêtres, de notre identité (idem) et de notre droit à vivre sur notre propre sol. Pour ne pas faire partie du Golem aux yeux éteints dévastant tout sur son passage, qui ne marche pas mais ‘court à sa perte’, les ‘hommes3 de bonne volonté’ devront s’arracher à leur fascination du déclin et des films d’horreur du genre ‘Titanic’ etc. qui ne date pas d’hier. Cette campagne ‘pourrie’ aura du moins conforté dans leurs certitudes ceux qui nous ‘l’avaient bien dit’, qui savaient déjà que tout était ‘plié’ d’avance. EZ par exemple pense qu’une femme n’est pas faite pour gouverner. Qu’attendait-il alors pour se présenter, aller au charbon, comme certains l’y pressaient ? Ce ne sont pas ses manchettes ultra-blanches empesées qui l’encombrent, mais il préfère, semble-t-il, le rôle d’éminence grise. On peut d’ailleurs supposer que sa chronique assassine4 qui ‘renvoyait MLP d’où elle venait’ à propos d’une phrase qui reprenait pourtant l’essence de sa propre analyse, l’a déstabilisée, peut-être était-ce d’ailleurs le but après tout. Ou bien pensait-il, autre archaïsme, qu’une ‘bonne baffe’ remettrait l’enfant terrible dans ‘le droit chemin’ ? On ne peut pas s’empêcher de penser qu’elle a eu plutôt l’effet inverse, frustration et conduite d’échec que tous n’ont pas manqué de remarquer, la forme primant largement sur le fond dans notre société médiatique qui n’accorde d’attention qu’à l’instant fugitif et superficiel. Comme lors du fameux (dé)baccalauréat, certains lui reprochant de ne pas avoir été assez mordante, d’autres ses invectives, allez comprendre ! Il faut dire que ce débat était largement orienté vers l’avoir au lieu de l’être, comme toute la campagne. Les politiques savent en effet que pour beaucoup d’entre nous, la vie est devenue survie, le coût des biens de première nécessité ayant été multiplié par six ou plus depuis 2002 dans le même temps que la valeur nominale était, elle, divisée par six et quelques, et nos salaires étant sensiblement restés les mêmes, en pondérant avec les biens dont les prix n’ont pas changé, nous sommes nécessairement trois fois plus pauvres, mais comme personne n’en parle jamais dans les médias, ce doit être une illusion. Diversion diront certains : on discute encore de la couleur du maillot de bain (avantages divers) alors qu’on est face à un tsunami. Les armures, ayant été remisées depuis longtemps, on pérore sans fin sur le burkini. Les ‘affaires’ d’enrichissement personnel, ‘rendre l’argent’ (mirage séduisant, mais allez donc demander des comptes à un hologramme !), le revenu universel dont on aurait pu penser, à tort, qu’il ferait l’unanimité, quitter l’euro, proposition très contestée qui aurait, dit-on, terrorisé les épargnants, et enfin la victoire ultra-annoncée de ‘la Finance’. Et l’humain dans tout ça ? D’un Eric à l’autre, relisons Erich Fromm5 , peut-être, qui sait, nous inspirera-t-il une solution salvatrice, qui nous donnera l’élite que nous méritons.

1- Michel Serrault, ‘La Gueule de l’autre’.

2- https://www.youtube.com/results?search_query=zemmour+caron

3- (et les femmes, le Christianisme étant la seule religion féministe avant l’heure)

4- https://www.youtube.com/watch?v=vgTJkejgKYI

5- « Avoir ou être » d’Erich Fromm

A. Patterson, 10/05/17

Interventions des écrivains à la Fête du livre

par A. Patterson, le 2017-05-15 18:40:41

Bonjour, Voici un nouvel article dans le même esprit. J’espère qu’il sera lisible (copié-collé), en particulier les notes. Un immense merci encore pour ce que vous faites ! Bien cordialement, AP Tous contre tous, ou le bal des costumes ‘Pour ce qui est contre, et contre ce qui est pour’.1 Aux mêmes journalistes aboyeurs répondent les mêmes polémistes placides et désabusés.2 La forme, toujours la forme, la sacrosainte image. Aux effets de manches, et de manchettes, qui n’ont pas convaincu les 30% d’indécis, a succédé, encore une fois, la sidération de résultats prédits aux 10è près. Sommes-nous donc tous devenus des robots ultra-prévisibles ? Il semblerait que nous en ayons repris pour cinq ans de saccage de nos acquis sociaux et services publics chèrement payés par nos ancêtres, de notre identité (idem) et de notre droit à vivre sur notre propre sol. Pour ne pas faire partie du Golem aux yeux éteints dévastant tout sur son passage, qui ne marche pas mais ‘court à sa perte’, les ‘hommes3 de bonne volonté’ devront s’arracher à leur fascination du déclin et des films d’horreur du genre ‘Titanic’ etc. qui ne date pas d’hier. Cette campagne ‘pourrie’ aura du moins conforté dans leurs certitudes ceux qui nous ‘l’avaient bien dit’, qui savaient déjà que tout était ‘plié’ d’avance. EZ par exemple pense qu’une femme n’est pas faite pour gouverner. Qu’attendait-il alors pour se présenter, aller au charbon, comme certains l’y pressaient ? Ce ne sont pas ses manchettes ultra-blanches empesées qui l’encombrent, mais il préfère, semble-t-il, le rôle d’éminence grise. On peut d’ailleurs supposer que sa chronique assassine4 qui ‘renvoyait MLP d’où elle venait’ à propos d’une phrase qui reprenait pourtant l’essence de sa propre analyse, l’a déstabilisée, peut-être était-ce d’ailleurs le but après tout. Ou bien pensait-il, autre archaïsme, qu’une ‘bonne baffe’ remettrait l’enfant terrible dans ‘le droit chemin’ ? On ne peut pas s’empêcher de penser qu’elle a eu plutôt l’effet inverse, frustration et conduite d’échec que tous n’ont pas manqué de remarquer, la forme primant largement sur le fond dans notre société médiatique qui n’accorde d’attention qu’à l’instant fugitif et superficiel. Comme lors du fameux (dé)baccalauréat, certains lui reprochant de ne pas avoir été assez mordante, d’autres ses invectives, allez comprendre ! Il faut dire que ce débat était largement orienté vers l’avoir au lieu de l’être, comme toute la campagne. Les politiques savent en effet que pour beaucoup d’entre nous, la vie est devenue survie, le coût des biens de première nécessité ayant été multiplié par six ou plus depuis 2002 dans le même temps que la valeur nominale était, elle, divisée par six et quelques, et nos salaires étant sensiblement restés les mêmes, en pondérant avec les biens dont les prix n’ont pas changé, nous sommes nécessairement trois fois plus pauvres, mais comme personne n’en parle jamais dans les médias, ce doit être une illusion. Diversion diront certains : on discute encore de la couleur du maillot de bain (avantages divers) alors qu’on est face à un tsunami. Les armures, ayant été remisées depuis longtemps, on pérore sans fin sur le burkini. Les ‘affaires’ d’enrichissement personnel, ‘rendre l’argent’ (mirage séduisant, mais allez donc demander des comptes à un hologramme !), le revenu universel dont on aurait pu penser, à tort, qu’il ferait l’unanimité, quitter l’euro, proposition très contestée qui aurait, dit-on, terrorisé les épargnants, et enfin la victoire ultra-annoncée de ‘la Finance’. Et l’humain dans tout ça ? D’un Eric à l’autre, relisons Erich Fromm5 , peut-être, qui sait, nous inspirera-t-il une solution salvatrice, qui nous donnera l’élite que nous méritons.

1-Michel Serrault, ‘La Gueule de l’autre’.

2-https://www.youtube.com/results?search_query=zemmour+caron

3-(et les femmes, le Christianisme étant la seule religion féministe avant l’heure)

4-https://www.youtube.com/watch?v=vgTJkejgKYI

5-« Avoir ou être » d’Erich Fromm

A. Patterson, 10/05/17


Mise à jour le 5 décembre 2016