Association Renaissance Catholique

Agenda

Répondre aux défis du monde moderne - Formation pour les 16 - 25 ans
du samedi 28 octobre au mercredi 1er novembre 2017

Nouveauté


Géographie pour les enfants


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


Entretiens à l’Homme Nouveau et au site le Rouge & le Noir

Jean-Pierre Maugendre parle de l’Université d’été 2015

L’Homme Nouveau

Article paru le 12 juin 2015 par Jehan-Sosthènes Boutte du Jonchay.
Extrait :

Le thème de votre université d’été est « La France au risque de l’islam ». La religion islamique met-elle la France en danger ?

D’après Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), il se trouve en France environ sept millions de musulmans. Peut-être ce chiffre est-il exagéré, mais c’est un fait que le nombre des musulmans en France est croissant. Or, ces populations, étrangères à notre civilisation, jeunes et fières de leur identité, sont persuadées que l’avenir leur appartient. Il existe donc des risques réels de conflit dont traiteront François-Xavier Bellamy et Roberto de Mattei. Il est trop simple de croire que parce qu’un immigré malien polygame acquiert la nationalité française tous les problèmes posés par son mode de vie, disons atypique par rapport à nos us et coutumes, seraient résolus d’un coup de baguette magique.

Quel enseignement voulez-vous donner ?

Notre enseignement se divise en trois parties. D’abord, une interrogation sur la nature réelle de l’islam. Ensuite, un questionnement sur la ligne de partage entre islam et islamisme. Enfin, une réflexion sur la laïcité présentée aujourd’hui comme le seul rempart crédible face à l’islamisme. Sur ce dernier point chacun peut observer que la laïcité n’a jamais été présente en terre musulmane que de façon provisoire. En effet la laïcité, distinction du spirituel et du temporel, est une idée chrétienne, contrairement au laïcisme contemporain qui en est la séparation. La laïcité ne peut s’imposer à un musulman sans le contraindre à remettre sa foi en cause. Enfin, paradoxalement, l’Occident laïcisé est à la fois, pour les musulmans, une source d’attraction à cause du niveau de vie occidental et de répulsion en raison des mœurs « libérées » qui y règnent.
-> Lire la suite


Le Rouge & le Noir

Le site Le Rouge & le Noir a publié un entretien avec Jean-Pierre Maugendre à propos de l’Université d’été 2015.

En voici un extrait :

R&N : Le thème de cet été sera « La France au risque de l’Islam ». En quelques mots, quel est ce risque ? Ne s’agit-il pas plutôt de risques, au pluriel ?

Jean-Pierre Maugendre : Tout repose d’abord sur des données démographiques. Nous vivons dans un pays où, en l’espace de quarante années, sont venus s’installer, avec intention d’y rester, environ sept millions de musulmans, comme nous l’évoquions au début de cet entretien. Un phénomène de cette ampleur est radicalement nouveau. Or ces personnes procèdent d’une autre civilisation que la nôtre, à laquelle ils n’ont pas du tout l’intention de renoncer, radicalement étrangère à nos us et à nos coutumes,.

R&N : S’agit-il donc d’une question culturelle, plus que cultuelle ?

Jean-Pierre Maugendre : Les deux aspects sont liés. En effet, si une civilisation ne se réduit pas exlusivement à une religion, ou à l’irréligion, qui l’anime, chaque civilisation repose sur une conception et une idée de l’homme qui renvoient toujours à des notions religieuses ou anti-religieuses, ce qui est le cas de notre société actuelle. Il est bien évident que si l’homme est créé à l’image de Dieu son destin et les motifs de sa dignité sont d’une autre nature que s’il est le simple résultat du hasard et de la nécessité, le fruit plus ou moins indéterminé d’une évolution matérialiste, le descendant des grands singes.

R&N : Au cours de cette université d’été, de quelle manière le « risque de l’Islam » sera-t-il appréhendé ? S’agira-t-il de mises en garde, de constats, de solutions éventuelles ?

Jean-Pierre Maugendre : Nous ne disposons pas de l’autorité requise pour faire des mises en garde. En revanche nous sommes attachés à revenir à la réalité de certains faits parfois occultés, et nous chercherons à dégager des pistes de réflexion avec des observateurs qualifiés et des hommes de terrain. Ainsi nous aborderons la question de l’Islam dans l’Armée française, ou à l’école. Des propositions concrètes pourront émerger de ces interventions.

R&N : Quelles différences apporterez-vous avec le traitement réservé à l’Islam dans la grande presse par exemple, qui traite souvent de la question islamique, ne serait-ce que par les couvertures de grands hebdomadaires ?

Jean-Pierre Maugendre : La première différence, de taille, est que nous chercherons à regarder la réalité telle qu’elle est, loin des lunettes déformantes de la Pensée unique. La seconde est que nous passerons la laïcité au crible de l’histoire, de la philosophie et de la théologie afin de discerner si elle est vraiment « l’arme fatale » susceptible de résoudre toutes les difficultés que pose l’Islam en France. Or l’enseignement de l’histoire est implacable. Il n’a jamais existé, à l’exception de la Tunisie qui est un pays de taille modeste, de pays musulmans durablement laïcisés. Toutes les tentatives de laïcisation de pays musulmans, menées depuis le XXè siècle en Turquie (avec Ataturk), en Irak ou en Syrie (avec le Parti Baas), en Iran (avec le shah) ou en Egypte (avec Nasser) ont échoué. Ces populations, superficiellement laïcisées par la force, se sont, à l’issue d’une période plus ou moins longue ralliées à un islam fondamentaliste. L’islam n’est pas soluble dans la laïcité. C’est un fait. S’il existe des contre-exemples significatifs, je suis disposé à les connaître, mais aujourd’hui, cela n’existe pas. On voit mal comment ce qui a échoué depuis maintenant 150 ans réussirait dans les vingt années qui viennent. Cela d’autant plus que ce phénomène de laïcisation a échoué alors que l’Occident dominait le monde musulman. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. L’Islam est en position dominante, d’abord pour des raisons financières – les pétromonarchies du Golfe disposent de moyens financiers considérables– ensuite pour des raisons démographiques. On voit mal comment, aujourd’hui, on pourrait « laïciser » l’Islam.
-> Lire la suite






Article précédent :
Non, monsieur Boubakeur, catholiques et (...)
Article suivant :
Actualité de la chute de Byzance






Mise à jour le 22 juin 2015