Association Renaissance Catholique

Agenda

Répondre aux défis du monde moderne - Formation pour les 16 - 25 ans
du samedi 28 octobre au mercredi 1er novembre 2017

Nouveauté


Géographie pour les enfants


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


Communiqué de Renaissance Catholique :

Le 13 janvier, dans la rue, pour la famille et contre la dénaturation du mariage

Renaissance Catholique appelle à manifester avec l’Institut Civitas le 13 janvier, à 13 h, place Pinel, Paris 13.

La crise économique et financière actuelle n’est rien au regard de la crise de civilisation, en cours, qu’aggraverait la dénaturation du mariage voulue par une poignée d’idéologues sectaires. Tout doit être mis en œuvre pour empêcher la réalisation de cette nouvelle étape de la « culture de mort ».

Le devoir de résistance

Contre ce « totalitarisme larvé  » (EvangeliumVitæ, n.101) se lève une immense clameur qui, au-delà des appartenances politiques ou religieuses, rassemble tous ceux qui se reconnaissent dans le simple respect de la loi naturelle et du bon sens. Les propos du grand rabbin de France, Gilles Bernheim, ont ainsi frappé par leur pertinence et leur netteté. Divine surprise, les évêques de France, absents de l’opposition à la loi sur la dépénalisation de l’avortement en 1975, puis ayant très mollement soutenu le combat pour l’école libre en 1984, se sont, courageusement, lancés dans la bataille. C’est d’ailleurs le maillage des diocèses, des paroisses et des AFC qui assure la logistique des manifestations publiques et fournit les gros bataillons des organisateurs et des manifestants.

Le gouvernement ne s’y est pas trompé qui multiplie les agressions contre l’Église catholique et ses représentants qualifiés : audition du cardinal Vingt-Trois à l’Assemblée nationale transformée en séance du tribunal révolutionnaire avec Erwan Binet en Fouquier-Tinville de sous-préfecture, volonté de Cécile Duflot de réquisitionner les locaux prétendument vacants de l’archevêché de Paris, attaques verbales et écrites de Vincent Peillon contre l’Enseignement catholique…

Des difficultés

Malheureusement, le message clair et unique de la manifestation du 13 janvier, qui devrait être la demande de retrait du projet de loi dénaturant le mariage, est brouillé par des appels à dénoncer l’homophobie, la persistance à développer le concept d’homo-éducation, l’ostracisme contre les « intégristes » et les « fachos  »… Cela crée un climat désagréable dont ont souffert de nombreux manifestants les 17 novembre et 8 décembre derniers. Les organisateurs de la manifestation du 13 janvier sont certainement animés des meilleures intentions. Peut-être ont-ils lu le père Calmel (o.p.) écrivant : « Celui qui veut dans la société civile, non seulement la justice, mais toute la justice et tout de suite, celui-là n’a pas le sens politique. » Nous craignons cependant que cette volonté de s’abstraire absolument de toute référence politique ou religieuse ne consolide une nouvelle avancée de la « culture de mort », les yeux rivés sur une chimère : obtenir la neutralité voire la bienveillance des puissances médiatiques.

Avec les responsables de plusieurs associations, nous avons demandé qu’une démarche plus identitaire sous la dénomination « Catholiques pour la famille » puisse être intégrée à la manifestation. Cela ne paraissait pas une revendication incongrue ni démesurée, surtout quand les porte-parole officiels de La Manif Pour Tous peuvent être présents ès qualité de socialiste, musulman ou homosexuel.

Cette demande a été rejetée. Nous ne sommes, bien sûr, ni « intégristes » ni « fachos  ». Avec l’Église et suivant l’enseignement du Catéchisme de l’Église catholique (§ 2357 et 2358), nous ne confondons pas « les actes d’homosexualité intrinsèquement désordonnés » et les personnes homosexuelles qui doivent être accueillies avec « respect, compassion et délicatesse ». Nous prenons acte de ce que ce discours est insupportable pour les organisateurs de La Manif Pour Tous, partisans effrénés de la lutte, piégée, contre l’homophobie.

Tous présents

Renaissance Catholique appelle donc tous ses adhérents et sympathisants à s’associer à la manifestation initiée par l’Institut Civitas le dimanche 13 janvier, à 13 heures, à partir de la place Pinel, Paris 13 (M° Nationale).

Ainsi les participants ne seront-ils astreints ni au dress code ni aux chars de la techno-parade et n’auront-ils pas à applaudir des kiss-in homosexuels. Ainsi, aussi, la principale porte-parole de La Manif Pour Tous pourra-t-elle expliquer sans peine qu’elle n’a rien à voir avec ces manifestants, effectivement exclus de la « Manif pas tout-à-fait pour tous », et son plan médiatique en sortira-t-il renforcé. Seule victime identifiée : l’unité de l’opposition et en particulier l’unité catholique. Ce sera pour la prochaine bataille…Suspense : à qui vont s’attaquer les Femen  ?


Veillee de prieres pour la famille

Une veillée de prières pour la famille est organisée le samedi 12 janvier 2013, de 20 h 30 à 21 h 45, en l’église Saint-François-Xavier, Place du Président-Mithouard, 75007 Paris - M° Saint François-Xavier. Précisions à l’adresse : http://www.facebook.com/home.php#!/events/504172706280461/permalink/504172712947127/






Article précédent :
13 janvier 2013 (suite) : peut-on bâtir sur la (...)
Article suivant :
Quelles leçons politiques tirer des manifestations





Commentaires

En réponse à un article de la Gazette des communes glosant sur la « réforme historique de la société »

par Véronique Daboust, le 2013-01-15 13:26:48 - Succès de la manif... : le gouvernement impavide

Ce n’est pas une question de « droite » ou de « gauche », c’est une question de sens commun.

Ce n’est pas une question de droit individuel à « conquérir » ou à « donner », c’est une question de société. Dans la société, les individus ont tous le droit et le devoir de s’intégrer, que ce soit par un mariage ou dans le célibat.

Ce n’est pas une question de « progrès historique de la société », c’est une question de substitution de société, le modèle socialiste où l’individu est noyé dans le tout devant remplacer la société historique et naturelle. Les sociétés n’y seront plus fondées que sur l’activité, le sentiment ou l’idéologie, non sur le droit naturel.

Ce n’est pas une question de « mariage », c’est une question de sentiment et de cohabitation. Ce n’est pas une question de don de soi, c’est une question de caprice, personnel et éphémère.

Ce n’est pas une question de « mariage pour tous », c’est une question de mariage pour personne.

Car ce n’est qu’une question de vocabulaire : il faut appeler un chat un chat, le mariage le mariage et la famille la famille. Le reste est affaire personnelle, pour lesquelles l’Etat n’a de légitimité à légiférer qu’en vue du bien commun et pour la sauvegarde des individus et des sociétés : on en est très très loin...

Ce n’est donc pas une question de « loi », c’est une grosse farce. Car on peut s’agiter jusque dans une assemblée nationale sans faire pour autant une loi, si l’on n’a pas de légitimité. Cela s’est beaucoup vu au XXe siècle. Il n’y aurait plus de sociétés sans résistances, seules légitimes, seules droit et devoir pour leur propre sauvegarde.

C’est donc une question de vocabulaire... Changer le vocabulaire : l’Etat n’a-t-il vraiment pas d’autre ... chat à fouetter ?

VD (alias « La patte dans l’assiette sur la Gazette des communes »)


Mise à jour le 7 janvier 2013