Association Renaissance Catholique

Agenda

26e Fête du Livre, dimanche 10 décembre
à Grand’Maisons (Villepreux, Yvelines), dimanche 10 décembre de 11h à 19h.

Nouveauté


Renaissance Catholique n° 148


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

La Revue

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


Les sorties de Renaissance Catholique

Extrait de la Revue 2003

A l’approche du centenaire de la loi de séparation de l’Église et de l’État (1905) et alors que le monde politique semble n’avoir plus pour mot d’ordre ou comme fil conducteur que celui de « laïcité », Renaissance Catholique annonce que sa XIIIe Université d’été aura, précisément, pour thème, en 2004 : Le piège de la laïcité. Celle-ci aura lieu, comme les deux précédentes, dans le cadre prestigieux de Grand’Maisons, à Villepreux, près de Versailles, du 11 au 14 juillet 2004.
Chaque année, en effet, depuis 1992, Renaissance Catholique s’attache à commémorer à sa façon lors de ses Universités d’été les grands (ou présentés comme tels) événements dont la République célèbre en grande pompe l’anniversaire, ou à traiter de faits ou thèmes que l’actualité impose de commenter pour en corriger la présentation officielle, trop politiquement ou historiquement correcte. Chaque Université fait ensuite l’objet de l’édition d’un ouvrage – les « Actes » – dans lequel sont reproduites les contributions des spécialistes de renom, qu’ils soient historiens, journalistes, essayistes, juristes, philosophes ou théologiens, réunis par renaissance catholique pour la circonstance.
Chacun des ouvrages parus constitue sur le thème traité un remarquable exposé – un véritable « manuel » pourrait-on dire – de ce qu’il faut connaître pour ne pas tomber dans le piège de la vulgate officielle, l’antidote le plus efficace à la désinformation. Le tout dans une présentation agréable, facile à lire et accessible à tous.
Hormis Le Glaive et la Croix , malheureusement épuisé et disponible sous forme de CD-Rom, tous ces livres sont toujours disponibles.

 Une croix sur le nouveau monde

Le feu a été ouvert en 1992 avec Une croix sur le nouveau monde, à l’occasion du cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique. Le retour à 1492 avait suscité une campagne de diffamation contre les conquistadors et les missionnaires du nouveau monde : Isabelle la catholique était suspecte d’antisémitisme, Christophe Colomb responsable d’un génocide… Derrière le dénigrement se profilaient des arrière-pensées politiques : le sanglot de l’homme blanc chrétien est l’un des ressorts activés par les idéologues brocardés par Thomas Molnar (« Les origines philosophiques du nouvel ordre mondial »). Les spécialistes réunis par Renaissance Catholique à l’occasion de sa première Université d’été ont fait justice des légendes noires qui défigurent l’histoire, notamment Jacques Heers (« Christophe Colomb, mercenaire ou croisé ?), Jean Dumont (« L’évangélisation des Indiens d’Amérique ») et des controverses qui remettent en cause la légitimité de la vocation civilisatrice de l’Occident et de la mission évangélisatrice de l’Église.

 L’envers des droits de l’Homme

1993 rebondissait sur la célébration de 1789 en nous révélant l’autre face de la Révolution française : la Terreur de 1793, dans L’envers des droits de l’Homme. La commémoration du bicentenaire a tourné à la confusion de ses organisateurs. En dépit du tapage médiatique, les travaux universitaires suscités par le 200e anniversaire des événements révolutionnaires ont fait connaître au grand public l’ampleur des exécutions, des destructions et des massacres. Pourtant une dernière digue résiste, celle qui protège les « généreux principes » de 1789, notamment la Déclaration des droits de l’Homme, texte fondateur de nos démocraties, pour les exonérer de toute responsabilité dans les sanglants dérapages de 1793 : la Révolution ne serait plus un bloc. Jean de Viguerie (« Les origines intellectuelles de la Terreur »), Guy Augé (« Le droit contre les Droits de l’Homme ») ou Georges-Paul Wagner (« Les Droits de l’Homme au crible de l’ordre naturel »), parmi d’autres, mettent en pièces « l’infranchissable ligne de démarcation » que l’historiographie académique s’efforce de tracer entre la Terreur et les Lumières.

 Le Glaive et la Croix

Avec Le Glaive et la Croix, actuellement épuisé, une autre facette du mythe républicain est abordée, d’une brûlante actualité. Face au péril que fait peser sur l’Europe chrétienne la montée de l’islamisme, nos hommes politiques n’ont plus qu’un mot à la bouche : laïcité. Considérée, hier, comme une notion archaïque, héritée des polémiques antireligieuses d’un autre âge, la laïcité est désormais célébrée, de la droite à la gauche, comme un rempart contre l’intolérance et la pure expression du génie français. Ces actes de l’Université 1994 montrent que la civilisation occidentale est née de l’alliance du trône et de l’autel (« L’Église et les deux glaives » de Jacques Heers) ou que la distinction entre temporel et spirituel établie par le Christ lui-même dessine une ligne de crête entre confusion et séparation (spécialement « Le temporel et le spirituel chez saint Thomas d’Aquin », d’Arnaud Jayr). De Constantin aux Inventaires, de la réforme grégorienne à la disparition des Etats pontificaux (Ivan Gobry), de la Constitution civile du clergé aux lois Debré (Germain Sicard), les intervenants retracent l’histoire et les doctrines des relations du Glaive et de la Croix pour souligner l’actualité du combat en faveur de la restauration du règne social de Jésus-Christ.

 La Croix et le Croissant

1095-1995 : neuf siècles ont passé depuis la prédication de la première croisade, à Clermont, par Urbain II, pape français. A l’occasion de ce neuvième centenaire, les orateurs réunis par Renaissance catholique brossent à grands traits dans La Croix et le Croissant le tableau de cette épopée avant de s’interroger sur l’attitude que l’Occident doit adopter face à la poussée du fondamentalisme musulman, à l’heure où celui-ci frappe à nouveau aux portes de la chrétienté. Christian Marquant, Jean Richard, Vladimir Volkoff, Christophe Peter, Jean Dumont balayent la légende noire brodée par les romantiques autour de l’aventure des croisés et contestent le parallèle que dressent les modernes entre la croisade chrétienne et le djihad musulman. Philippe Conrad, Bernard Lugan, Alain Chevalérias, Jacques Trémolet de Villers, les Pères Avril et Mazzucchelli dénoncent les malentendus sur lesquels repose le dialogue islamo-chrétien et montrent que les progrès de l’islam sont d’abord le reflet de la démission spirituelle de l’Occident chrétien.

 Qui a peur du baptême de Clovis ?

476-1996 : le quinzième centenaire du baptême de Clovis a déclenché un véritable psychodrame national ! Célébré par un voyage de Jean-Paul II à Reims, il a dressé contre lui tout ce que la cause laïque compte de militants dont rend compte Michel de Jaeghere avec Qui a peur du baptême de Clovis ? Jean Barbey (« La monarchie sacrée en France »), Jacques Dupâquier, de l’Institut (« Naissance d’un peuple : histoire démographique de la France) ou Hilaire de Crémiers (« Naissance d’une nation : Clovis et les principes fondateurs de l’identité française ») retracent ici les circonstances du baptême de la France pour mieux s’interroger sur la pérennité de son identité chrétienne et sur les motifs qui animent ceux que la méditation de nos origines a fait entrer en fureur (lire, notamment, de Serge de Beketch, « Les combats de l’anti-France »).

 Le siècle de Moloch

1917-1997 : quatre-vingts ans après la Révolution d’Octobre, le communisme a laissé une trace sanglante dans l’histoire du XXe siècle, Le siècle de Moloch. Ses victimes se comptent par dizaines de millions. Il a pourtant toujours bonne presse, et son procès se fait attendre. De Claude Polin à Pierre Lorrain, en passant par Vladimir Volkoff, Pierre Darnac, l’abbé Lorans ou Pascal Bernardin, les orateurs réunis par Renaissance Catholique, pour cette VIe Université d’été, dressent l’effroyable bilan du communisme, en lui opposant la ferme condamnation de l’Église. Mais ils montrent aussi que le totalitarisme n’est pas mort avec l’union soviétique : il rôde encore parmi nous sous la forme du mondialisme et de la pensée unique.

 Europe ou Chrétienté

Europe ou Chrétienté, qui rassemble sous ce thème des personnalités comme Jean-Marie Paupert, Christian Brosio, Jean Sévillia, Eric Branca…, affirme que l’Europe de Maastricht n’est pas une idée folle : c’est la perversion d’une belle idée ! Elle se présente comme le rétablissement de l’unité qui a été, au Moyen Age, celle de la chrétienté. Elle en est en réalité la caricature. Loin de tendre à créer entre ses peuples une communauté de destin, elle est une construction technocratique visant à les déraciner pour en faire les proies du mondialisme mercantile et athée. Les mécanismes de cette imposture sont démontés pour en appeler à la restauration conjointe de la nation et de la chrétienté.

 La Repentance. Pourquoi nous ne demandons pas pardon

Sous le titre La Repentance. Pourquoi nous ne demandons pas pardon, Renaissance Catholique publie un important ouvrage sur la campagne de désinformation dont l’Église a été l’objet à l’occasion du Jubilé de l’An 2000. Regroupant des contributions variées (notamment Dominique Viain, l’abbé Christophe Héry, Reynald Secher, Edouard Boulogne, Jean Dumont) données lors de la VIIIe Université d’été sur ce thème, qui n’a rien perdu de son actualité, ce livre apporte une réponse claire et pertinente aux calomnies qui ont déferlé contre l’Église lors du Jubilé. Ce livre démonte tout particulièrement, au travers d’un brillant exposé de Michel De Jaeghere, « La repentance, histoire d’une manipulation », les mécanismes de l’entreprise subversive que le pouvoir médiatique a orchestrée pour transformer le pardon mutuel des fautes du passé souhaité par le Saint-Père en une véritable capitulation de l’Église devant le monde. Ce livre, qui en est déjà à sa deuxième édition, est un vrai succès de librairie qu’on ne peut que vivement recommander.

 Le XXIe siècle sera-t-il musulman ?

Enfin, pour être complet, Renaissance Catholique annonce, pour le début de l’année 2004, la sortie de Le XXIe siècle sera-t-il musulman ? coordonné par Michel De Jaeghere. Intégrant les dernières analyses après les attentats du 11 septembre 2001, ce volume nous démontre qu’il n’existe pas d’islam modéré. Avec six millions de musulmans sur le sol de France il nous revient de voir cette réalité en face. L’islam conquérant s’établit dans des régions très anciennement chrétiennes et cette situation coïncide malheureusement avec un moment de faiblesse de l’Église et de la France. Le passé montre, en effet, que les institutions qui ne croient plus à ce qu’elles sont passent facilement à l’islam (entre l’an 600 et l’an 700 un tiers de la chrétienté s’est converti à l’islam). Une terre chrétienne peut-elle, sans se trahir, accueillir durablement l’islam subversif (Serge de Beketch, « Islam et subversion ») ? Tôt ou tard l’un domine l’autre et il faut se soumettre ou combattre. C’est à ce défi qu’ont contribué Max Cabantous (« Les origines de l’islam »), Bernard Lugan, Philippe Conrad, Pierre Darnac, l’abbé Bruno Schaeffer…






Article précédent :
L’envers des droits de l’Homme et Le Glaive et (...)
Article suivant :
Université d’été 2006 : La France doit-elle (...)






Mise à jour le 17 juin 2008