Association Renaissance Catholique

Agenda

26e Fête du Livre, dimanche 10 décembre
à Grand’Maisons (Villepreux, Yvelines), dimanche 10 décembre de 11h à 19h.

Nouveauté


Renaissance Catholique n° 148


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

La Revue

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


25e Fête du Livre, dimanche 4 décembre 2016

Ce dimanche, venez rencontrer Philippe de Villiers et Eric Zemmour à la Fête du Livre

à Grand’Maisons (Villepreux, Yvelines), dimanche 4 décembre de 10h à 19h.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour télécharger le tract d’information

Philippe de Villiers est un homme politique, auteur d’une quinzaine d’ouvrages à succès, essais et romans historiques. Son livre Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, publié en 2015, est devenu un véritable phénomène de librairie.

Les cloches sonneront-elles encore demain ?

La France est meurtrie par le terrorisme et elle est en train de perdre son identité. Si l’on ne fait rien, la voix du muezzin couvrira le son des cloches de nos terroirs. L’auteur a eu accès à de nombreuses informations qu’il divulgue ici pour que les Français prennent conscience de l’extrême gravité de la situation. Il rappelle comment, depuis les années 1980, notre pays a été lentement mais sûrement « islamisé ».

Philippe de Villiers propose d’inventer un nouveau roman national qui soit un roman d’amour.

 


 

Diplômé de l’I.E.P. de Paris, Eric Zemmour est journaliste et chroniqueur. Il est un des éditorialistes français les plus redoutés et les plus lus ou écoutés (RTL, Le Figaro Magazine et Le Figaro). Il est également l’auteur de plusieurs romans et de nombreux essais polémiques.

Un quinquennat pour rien

Les attentats contre Charlie, l’Hyper Cacher de Vincennes, et la tuerie du Bataclan annoncent le début d’une guerre civile française, voire européenne, et le grand défi lancé par l’islam à la civilisation européenne sur sa propre terre d’élection.

Ce retour du tragique tranche avec la débonnaireté présidentielle qui confine à la vacuité. Comme si l’Histoire avait attendu, ironique, que s’installât à l’Élysée le président le plus médiocre de la Ve République, pour faire son retour en force. Comme si le destin funeste de notre pays devait une nouvelle fois donner corps à la célèbre formule du général de Gaulle après sa visite au pauvre président Lebrun, égaré dans la débâcle de 1940 : « Au fond, comme chef de l’État, deux choses lui avaient manqué : qu’il fût un chef et qu’il y eût un État ». Comme si la dégringolade n’avait pas été suffisante, pas assez humiliante, de Pompidou à Sarkozy. Ce dernier avait été élu président pour devenir premier ministre ; son successeur serait élu président pour devenir ministre du budget. Un quinquennat pour rien.

 


 

à Grand’Maisons (Villepreux, Yvelines), dimanche 4 décembre de 10h à 19h.

Participation : 8 € Tarif famille : 15 € Adhérents RC, étudiants, chômeurs : 5 €






Article précédent :
Patrick Buisson à la Fête du Livre
Article suivant :
Interventions des écrivains à la Fête du (...)





Commentaires

Ce dimanche, venez rencontrer Philippe de Villiers et Eric Zemmour à la Fête du Livre

par A. Patterson, le 2017-04-01 17:08:05

Bonjour,

Voici un article sur le récent livre de Michel Onfray, Décadence, que je voulais vous envoyer par e-mail, mais je ne parviens pas à trouver votre adresse. J’espère que le texte sera lisible et qu’il n’y aura pas trop de caractères spéciaux. J’ai beaucoup apprécié les conférences d’E.Zemmour et P. de Villiers, Avec toute ma sympathie et mon admiration, Bien à vous, A.P. Le ‘concept Onfray’ a fait long feu –Réponse à son entretien du 17.01-17 sur Europe 1 1 (La transcendance d’un athée se limite à ses capacités conceptuelles) Onfray est tombé ! Pas de très haut, certes, l’axe vertical se limitant pour lui, de son point de vue d’athée, à sa plus simple expression (autorités étatiques ou religieuses en l’occurrence / citoyens ou croyants résignés, soumis). Il avait gagné l’estime de beaucoup par son honnêteté et son courage intellectuel de dénoncer l’emprise et les abus de l’I., par cohérence avec son athéisme et son attachement aux libertés. Mais l’exercice s’étant apparemment révélé trop dangereux et le silence trop pesant pour lui, il nous inonde de pages annonçant l’avènement de ce dont il dénonçait l’extrême violence il y a 2 ou 3 ans à peine, et nous prédit, ni plus ni moins, que nous allons tous disparaître au profit d’une race à 80% ou plus africaine, si l’on en croit les démographes, seules autorités dignes de ‘foi’ évidemment. Son horizon se limite au clivage gauche/droite (comme les spectateurs d’un match de tennis qui font ‘non’ de la tête pendant tout le match - de là à pencher vers le nihilisme…). Clivage qu’il avait tenté de surmonter en ayant le courage de dénoncer la violence de l’I ., ce qui lui valait il y a encore peu l’opprobre des pourfendeurs de la liberté d’expression qui le cataloguaient comme homme à abattre, au même titre que les penseurs d’extrême-droite. Certains ne croient pas au soleil2 et passent leur vie (‘pas de week-ends., pas de vacances’)3 à philosopher le dos tourné à celui-ci et à tenter de convaincre les autres qu’il n’existe pas, noyant leur frustration et leur angoisse en fomentant des déclins imaginaires calqués sur d’autres sans aucun rapport et espérant entraîner la collectivité dont ils sont le fruit dans leur propre déclin. La civilisation chrétienne ne fonctionne pas sur le mode ‘naissance, ascension, déclin’, mais selon une courbe en ‘U’, une toute autre dynamique, et tout ce qui se passe actuellement avait été annoncé en détail. Exit les courageuses citations de versets édifiants du C. du genre ‘Attaquez-les à la gorge, aux articulations’, qui faisaient un peu trop réfléchir, et la revendication de pouvoir ‘descendre’ l’I. comme n’importe quelle autre religion. Des menaces conséquentes étant sans doute passées par là, on se contentera désormais d’enfoncer des portes ouvertes - ou que l’on croit telles : la résistance est en effet bien là, et non, la société occidentale n’est pas ‘déchristianisée.’ On n’efface pas 2000 ans d’histoire en 40 ans. Malgré les apparences, l’épaisse couche de cendres sera bientôt dissipée : il faut se méfier du feu qui dort (l’hypnose ne dure qu’un certain temps). Le chantre des libertés (qui remercie mai 68) a jeté l’éponge et ne prend la plume (qu’il ne quitte, semble-t-il , que pour manger et dormir) que pour annoncer, fataliste, l’avènement du système le plus liberticide qui soit, qu’il voile désormais pudiquement du terme « spiritualité », accolé d’un hypocrite point d’interrogation (« laquelle ? »). Ce n’est pas là le moindre des paradoxes de nos penseurs modernes, serviteurs zélés qui n’osent parler de la ‘société blanche’ que pour annoncer sa disparition. Bref, on assiste à la ‘profession de foi’, l’allégeance d’un athée à l’I., forcé sans doute dans la position du soumissionnaire à qui l’on aura dicté, de manière plus ou moins subconsciente, ce qu’il devra jeter sur le papier pour échapper à l’affreux soupçon d’islamophobie. Chacun appréciera le revirement de l’un des très rares intellectuels, penseurs, écrivains, journalistes et politiques qui osait dénoncer l’interdiction de critiquer une religion particulière (l’I). Il est beaucoup plus facile et sans risques de descendre le Judéo-christianisme soi disant à terre. Il s’attache à démontrer, par surenchère sur E.Zemmour ou pour se démarquer de l’extrême-droite, que la ‘décadence’ remonte bien au-delà de 40 ans, occultant en bon nihiliste les âges d’or et périodes de gloire de notre civilisation jusqu’à très récemment et s’acharnant à détruire le dernier bastion de ce qui a permis de tenir tête à l’I. depuis des siècles - la frontière entre analyse pseudo-objective et collaboration est floue. Pour reprendre la rhétorique de M. Onfray, ‘et même s’il avait existé,..’ : et même si nous étions en déclin, il y aurait peut-être mieux à faire que de saborder le navire. Un athée vit sur l’axe horizontal. Il lui manque une dimension, comme ces dessins à 2 dimensions de l’Égypte antique. L’annonciation, le Verbe (‘concept’) fait chair, le passage du mental au physique et inversement, le dépassent complètement. L’étroitesse de ses conceptions (blond/brun, type palest. etc - confusion des époques au mépris de l’histoire) dénote son matérialisme. Comme beaucoup d’athées, il court, il ne sait pas après quoi, mais il court4, et passe désormais son temps à annoncer ce qu’il dénonçait encore très récemment. La lumière s’était alors faite dans son esprit. Il devenait dangereux : ’on’ l’a très vite éteint. Il s’est rangé, fondu dans le rang des innombrables Chamberlain ou Pétain, selon le point où l’on se place dans le temps, perdant par là-même son statut de leader : la justesse de son analyse des causes, qui remontent effectivement à 1991 (date de l’accélération du plan désormais en bonne voie) ne justifie pas que l’on en accepte avec lui les conséquences. L’axe horizontal est ainsi sauf : ‘on’ ne veut pas du rapprochement gauche/droite, que d’un centre mou et flou. Les affinités magnétiques entre les extrêmes qui se dessinaient ces dernières années et évoquaient dangereusement l’image du cercle, concept peu prisé des matérialistes, ne sont plus qu’un souvenir. On ne veut pas d’électrons libres qui risqueraient de perturber les électeurs. Ceux-ci auront le choix entre Hammom, Macrom, Fillom, Mélenchom etc. Cher M. Onfray. redeviendrez-vous un jour l’Om-free de ces dernières années ? 1 - https://www.youtube.com/watch?v=4PizmmpXp8w 2- ou se rassurent et se donnent de la hauteur en se disant qu’il va disparaître un jour, à ce qu’on dit… 3 - Comme on lit souvent sur les sites de type ‘consp.’ : ‘Get a life !’ 4 - … après la postérité, peut-être, mais qui se souvient encore des Saducéens, des Pharisiens etc. ? A. Patterson – 07-02-2017


Mise à jour le 1er décembre 2016