Association Renaissance Catholique

Agenda

26e Fête du Livre, dimanche 10 décembre
à Grand’Maisons (Villepreux, Yvelines), dimanche 10 décembre de 11h à 19h.

Nouveauté


Renaissance Catholique n° 148


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

La Revue

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


Présentation du Colloque du 18 mai à Paris

Pour en finir avec Mai 68

Publiée dans le quotidien Présent

Présent : Renaissance Catholique organise le 18 mai 2008, à Paris, un colloque intitulé : « Pour en finir avec mai 68 ». Quel est l’objectif de cette réunion ?

Jean-Pierre Maugendre : En France, nous aimons les commémorations et il faut bien convenir que le catalogue des évènements à commémorer est sensiblement plus large chez nous que dans d’autres pays. Le mois de mai qui commence va voir une multitude de témoignages, réflexions, analyses… défiler sur les écrans, s’afficher dans les devantures des librairies et envahir les colonnes de la presse à l’occasion du quarantième anniversaire des « événements » de mai 68. Tout sera et est déjà, bien sûr, très politiquement et historiquement correct. Les agitateurs boutonneux de mai 68 ont rejoint les ors des palais présidentiels et encaissent les jetons de présence des conseils d’administration. Daniel Cohn-Bendit, Dany-le-Rouge, co-président du groupe Vert au Parlement européen, vient d’être reçu à l’Elysée par le président Sarkozy le 16 avril dernier. Alain Geismar est devenu inspecteur général de l’Education Nationale. Le Club Méditerranée de Gilbert Trigano et la fnac de Max Théret et André Essel font partie de la vie quotidienne de millions de Français qui ignorent les origines gauchistes de l’une et l’autre institution. Il nous est apparu nécessaire de faire entendre un autre son de cloche, non pas par souci d’originalité (quoique !) mais parce qu’il nous semble que certaines vérités méritent d’être rappelées.

Présent : A qui avez-vous fait appel pour traiter de ce thème ?
Jean-Pierre Maugendre : Pour le grand public, la révolution de mai 68 c’est d’abord la révolution des mœurs : « Jouir sans entraves » devient le leitmotiv d’une génération pour qui le Sida n’existe pas encore et qui, au sortir de la guerre d’Algérie, bat à l’unisson des campus américains dont le slogan, contre la guerre du Vietnam, se résume à : « Faites l’amour, pas la guerre ». Nous avons demandé à Philippe Maxence, rédacteur en chef de l’Homme Nouveau, de traiter cette question essentielle car elle est en bonne part à l’origine de la « culture de mort » aujourd’hui hégémonique dénoncée par Jean Paul II. Maître Jacques Trémolet de Villers qui a été également sollicité, remontera plus loin dans l’histoire et montrera comment ce monôme étudiant de mai 68 est une conséquence lointaine, mais tout à fait réelle, de la trahison gaulliste des espoirs qu’avaient suscités les événements de mai 58 en Algérie, dix années auparavant. N’est-il pas logique, d’ailleurs, que le triomphe de la « chienlit » soit l’aboutissement inéluctable d’une démarche où le mensonge le dispute à la duplicité et la trahison à l’absence de scrupules ? Jacques Trémolet de Villers mettra ses exceptionnels talents d’orateur au service d’un sujet qui, nous le savons, lui tient à cœur. Cependant, bien sûr, les mœurs ne se réduisent pas au comportement sexuel et « mai 68 » marque un véritable changement de civilisation, l’individu-roi se dressant avec ses droits et ses désirs sur les ruines de la famille, de l’Etat, de la nation et de l’Église. Bruno Gollnisch, qui fit partie de ceux qui s’opposèrent physiquement aux agitateurs gauchistes de la faculté de Nanterre, mettra ses dons de tribun au service de la démonstration que « mai 68 » est bien une crise majeure de civilisation dont les effets se font durablement sentir encore aujourd’hui. Enfin, alors que Nicolas Sarkozy vient de célébrer, discrètement, le premier anniversaire de son entrée à l’Elysée, je rappellerai les termes de son discours du dimanche 29 avril 2007 au Palais Omnisport de Paris-Bercy : « Je veux tourner la page de mai 68 une bonne fois pour toutes… Je propose aux Français de rompre avec les idées de mai 68. Je propose aux Français de renouer en politique avec la morale, l’autorité, le respect, le travail, la nation. Je propose de reconstruire un Etat qui fasse réellement son métier ». Nicolas Sarkozy a été élu très largement sur ce programme. Un an après où en sommes-nous ? Je m’efforcerai de répondre à la question : Nicolas Sarkozy a-t-il rompu avec mai 68 ?

Présent : Pouvez-vous nous donner quelques renseignements pratiques ?
Jean-Pierre Maugendre : Ce colloque a lieu le dimanche 18 mai de 14 h 15 à 18 h dans la salle de conférence de l’ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, Paris VIIe (M° Ségur, Sèvres-Lecourbe, St François-Xavier). Ce sera également l’occasion pour les participants d’acquérir le tout nouvel ouvrage de Martin Peltier : Nicolas Sarkozy, la République, les religions, que vient d’éditer Renaissance Catholique et de s’informer sur notre Université d’été qui aura lieu à Avenay-Val d’Or, près d’Epernay, du 11 au 14 juillet, autour du thème : « La démocratie totalitaire ». Ces travaux nous apparaissent comme très complémentaires de ceux de notre colloque. Au-delà de l’événement historique ponctuel, il s’agit toujours de resituer les événements dans une longue durée, d’en analyser les présupposés philosophiques et intellectuels afin de les confronter au réel et d’élaborer les nécessaires contre-feux.

Renaissance Catholique 89 rue Pierre Brossolette 92130 Issy-les-Moulineaux
Tél. 01 46 62 97 04 - interro_liens_callback






Article précédent :
L’université d’été et nos publications
Article suivant :
Culture de vie - Culture de mort - n° 101






Mise à jour le 8 mai 2008