Association Renaissance Catholique

Nouveauté


Manuel de Sciences


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


18e Marche pour la Vie

Prophétique et vicariante !

Article extrait du Présent n° 6694 du Mardi 14 octobre 2008

« Un jour, connu de Dieu seul, la dimension prophétique de notre démarche, dans la fidélité à l’enseignement et à la pratique multi-séculaires de l’Église, éclatera aux yeux de tous. Et c’est derrière nos évêques, qui auront ainsi renoué avec leur beau titre de “défenseurs de la cité”, comme c’est le cas aux États-Unis, que nous manifesterons notre attachement à la culture de vie. » Dès le départ de la 18e Marche pour la Vie, organisée samedi en fin d’après-midi par Renaissance catholique depuis Notre-Dame des Victoires, son président, Jean-Pierre Maugendre, devait rappeler avec le P. Jean-Noël (Fraternité de la Transfiguration à Mérigny), la nature et la spécificité de cette procession catholique à ceux qui n’en saisissent pas toujours l’opportunité et l’actualité. En rappelant la portée surnaturelle de notre combat temporel, c’est-à-dire la dimension eschatologique de la lutte contre la culture de mort (commencée et continuée avec celui qui est homicide et menteur depuis le commencement : cf. Présent du 4 octobre), ils ont ainsi montré l’aspect à la fois « prophétique » et vicariant de cette manifestation publique : « Ce souhait d’un engagement plus déterminé et public de nos pasteurs dans le combat pour la défense de la vie n’est pas qu’un point de passage obligé du discours “religieusement correct” de notre famille d’esprit. Il est à la fois la prise en compte de réalités sociologiques incontestable (il y a encore 80% de la population française qui est composée de baptisés catholiques) et surtout de réalités surnaturelles liées à la nature exceptionnelle des relations qui lient l’Église à la France… »

La prière et la pénitence, la récitation du chapelet, la procession aux flambeaux étaient en outre particulièrement d’actualité en cette année jubilaire des apparitions mariales à Lourdes et après la venue du Saint Père en France. N’empêchant pas, au contraire, les slogans politiques brandis sur les pancartes – « L’avortement tue des enfants », « Un peuple qui tue des enfants n’a pas d’avenir » –, car tout se tient au temporel et au spirituel. Et la logique surnaturelle n’abolit pas la morale naturelle, qu’elle soit personnelle ou politique, ni les données de l’entendement le plus sûr : « Nous pouvons, bien sûr, savoir, simplement, par la raison et par l’observation scientifique que la vie commence à la conception. De plus, au nom du principe selon lequel il ne faut pas faire aux autres ce qu’on ne voudrait pas qu’ils nous fassent, la simple morale naturelle suffit à condamner aussi bien l’avortement que l’euthanasie… »

Paradoxalement, si les pasteurs faisaient défaut à cette marche aux flambeaux (hormis bien sûr les quelques prêtres habitués de ces rassemblements pro-vie), les forces de l’ordre avaient été massivement mobilisées tout au long du parcours, comme pour souligner le caractère politiquement et religieusement signifiant de ce cortège précédé d’une grand croix et avançant au son du Je vous salue Marie amplifié par une sono. Sous le soleil de cette fin d’après-midi d’octobre, ne manquaient pas en revanche les personnalités et les représentants des associations pro-vie (les docteurs Dor, Dickès, Pérel, l’amiral Berger, J.-B. Grenouilleau…) accompagnés de quelques rares politiques comme les fidèles Baeckeroot…

Ce sont donc près d’un millier de « pèlerins de la vie » qui se sont ainsi rendus de Notre-Dame-des-Victoires jusqu’à la Basilique du Sacré-Cœur, accueillis par les bannières de Notre-Dame de Chrétienté et « la fête des Vendanges », mais aussi et surtout par un Salut du Saint-Sacrement, célébré à 20 heures par l’abbé Benoît Jayr devant une nef remplie. Merci à eux d’être venus tenir ce rôle de témoins, priant pour les victimes de la culture de mort. Rémi Fontaine

Article extrait du Présent n° 6694 du Mardi 14 octobre 2008






Article précédent :
Marche contre l’avortement à Paris de l’association
Article suivant :
Photos de la Marche pour la Vie 2008






Mise à jour le 16 octobre 2008