Association Renaissance Catholique

Agenda

1968 - 2018 La révolution silencieuse
Près du Puy du Fou du 21 juillet au 24 juillet 2018

Nouveauté


Renaissance Catholique n°150


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

La Revue

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 



Enveloppe du CCFD : une erreur de routage Avec notre revue 150 La Renaissance catholique notre routeur a, par erreur, glissé une enveloppe de collecte de fonds du CCFD dans ce postage.

Inscription en ligne : 1968 - 2018 La révolution silencieuse

27e Université d’été de Renaissance Catholique Près du Puy du Fou du 21 juillet au 24 juillet 2018

Adultes de + de 25 ans

Conjoint entre 25 et 45 ans OFFERT ! Pour profiter des tarifs adhérent, ADHÉRER ! (voir plus bas)

Adultes

Jeunes entre 16 et 25 ans (logement sur place inclus)

Jeunes entre 16 et 25 ans (logement sur place inclus)

+ Voir l'article

1968 - 2018 La révolution silencieuse

27e Université d’été de Renaissance Catholique Près du Puy du Fou du 21 juillet au 24 juillet 2018

Depuis une cinquantaine d’année, s’est opéré subrepticement un changement de régime. Il n’a pas été nécessaire de toucher aux institutions, elles ont été subverties ou vidées de leur substance.  

AU PROGRAMME :

  • La religion du multiculturalisme
  • Après la démocratie : gouverner contre le peuple, gouverner sans le peuple
  • Les Droits de l’Homme contre les Nations
  • Le mépris de la vie au service de l’hédonisme
  • L’impasse de la laïcité
  • Le transhumanisme nouvelle frontière
  • Ce qui s’est passé en Mai 68
  • L’impuissance au pouvoir
  • La dictature des juges
  • La gouvernance européenne contre les peuples
  • Résister

Cinescénie et journée au Grand Parc du Puy du Fou  

+ Voir l'article


Nicolas Diat : les derniers jours de la vie des moines

Terres de Mission n°66 Le 18 février 2018

Église universelle : Sainte Joséphine Bakhita. De l’esclavage à la sainteté

Le livre de Véronique Olmi, Bakhita, diffusé à plus de 100 000 exemplaires et lauréat du prix FNAC du roman 2017 a fait mieux connaître au grand public la personnalité et l’itinéraire exceptionnels de sainte Joséphine Bakhita. Née au Soudan en 1869 Bakhita est réduite en esclavage à l’âge de 7 ans. De maître en maître elle est finalement rachetée par le consul italien à Khartoum qui la conduit en Italie. Elle y découvre la foi puis entre en religion chez les sœurs canossiennes. Décédée en 1947 elle est canonisée en 2000 par le pape Jean-Paul II. Hubert de Kérangat présente les deux DVD sur la vie de Bakhita, passionnants mais à déconseiller aux enfants en raison de certaines scènes de violence lors de l’esclavage de la sainte, distribués par Saje Production.

Église en France : Un temps pour mourir. Derniers jours de la vie des moines. Nicolas Diat

Déjà connu pour ses précédents ouvrages L’homme qui ne voulait pas être pape, Benoît XVI ou, en collaboration avec le cardinal Sarah, La force du silence et Dieu ou rien Nicolas Diat est, dans ce livre, allé à la rencontre des moines confrontés au mystère de la mort, de la souffrance et de la maladie. Ce sont les témoignages recueillis à Lagrasse, En-Calcat, Solesmes, Sept-Fons, Citeaux, Fontgombault, Mondaye et la Grande-Chartreuse qui ont été ici rassemblés. Ils illustrent tous, dans leur diversité anecdotique mais leur unité essentielle, la pertinence de la réflexion de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus à propos de sa mort : “Je ne meurs pas, j’entre dans la vie”.

Église en Marche : Géographie pour les enfants

Religieuse de la congrégation des dominicaines enseignantes du Saint-Nom de Jésus de Fanjeaux mère Dominique-Marie a été la principale rédactrice d’un manuel de géographie destiné aux élèves du Cours Élémentaire et publié aux éditions Contretemps. Cet ouvrage guide pas à pas l’enfant dans sa découverte de la France et du monde. À partir de photographies, de cartes et de schémas, il apporte des définitions précises sur les reliefs, les villes et les villages, les rivières et les mers, le ciel, les saisons , les métiers, etc. Un précieux outil d’observation et de transmission, présenté avec conviction, qui doit pouvoir déboucher sur l’admiration devant l’œuvre de la création.

+ Voir l'article

Renaissance Catholique n°150

La revue Janvier / Février 2018

L’archevêque de Paris est, par nature, une des personnalités marquantes de l’épiscopat français. Il dirige le plus important diocèse de France, par le nombre de prêtres, et est l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics. La nomination de Mgr Aupetit, en remplacement du Cardinal André Vingt-Trois, malade et atteint par la limite d’âge, est donc un événement majeur de la vie de l’Église de France (cf. pages 6 à 7).

Le Concile Vatican II a souhaité la restauration de ce qu’il est convenu d’appeler le diaconat permanent. Cette institution est en plein développement numérique. Elle pose cependant un certain nombre de questions en particulier dans ses rapports avec le sacerdoce (cf. pages 8 à 10).

Le succès populaire du Puy-du-Fou a contribué à faire sortir de l’oubli, dans lequel l’avaient tenu les historiens officiels de la Révolution, le tragique épisode des guerres de Vendée. Sociologue et historien, Patrick Buisson revient sur cet événement fondateur de notre résistance spirituelle (cf. pages 13 à 15).

Merci de réserver les dates de la 27e université d’été de Renaissance Catholique : du samedi 21 au mardi 24 juillet, au Puy du Fou (85) sur le thème : «  La révolution silencieuse  ».

Sommaire

Dire ou ne pas dire toute la vérité ?
Jean-Pierre Maugendre

Le bon Samaritain, le prochain et le Christ
Cassiodore

+ Voir l'article

Dire ou ne pas dire toute la vérité ?

Éditorial revue n°150 – janvier-février 2018 Par Jean-Pierre Maugendre

Dans le domaine politique comme au plan religieux la question se pose régulièrement de savoir ce qui peut-être dit et ce qu’il vaut mieux taire, officiellement et en public, parfois pour de bonnes raisons. Ne pas dire toute la vérité est-il toujours une soumission, à la fois lâche et inefficace, à la pensée dominante ou est-il des circonstances dans lesquelles ne pas dire toute la vérité serait à la fois légitime et efficace ?

Choisir ses mots

Saint Paul s’adressant aux Athéniens (Actes 17, 22-32) s’efforce d’abord de susciter leur bienveillance en affirmant voir en eux « les plus religieux des hommes » puis en prenant appui sur leurs propres références culturelles et religieuses mentionnant l’autel dédié Au dieu inconnu dont il leur affirme qu’il le connaît et qu’il a pour nom Jésus-Christ. Les résultats de cette prédication furent modestes, les Athéniens s’étant moqués de l’annonce, par saint Paul, de la résurrection des morts. À l’époque contemporaine, l’Église a cherché à « christianiser  » des concepts ou des expressions nés en dehors d’elle, voire contre elle. Citons « la saine et légitime laïcité » décrite par Pie XII, les « droits de l’homme » spiritualisés par Jean-Paul II, la « liberté religieuse », etc. On ne peut pas dire que ces concessions, sans doute purement verbales ou stratégiques, se soient avérées extrêmement efficaces. Le drame est que les mots ne sont pas neutres et que l’Église n’est plus en position de redresser le sens des mots que véhiculent les vents dominants du conformisme contemporain. Ces mots portent en eux-mêmes des idées qui déploieront inéluctablement leurs conséquences.

Dans ses exhortations à son disciple Timothée l’apôtre des Gentils semble plus incisif : « Prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, convainc, reprends exhorte en toute patience et avec souci d’enseigner » (II Tim IV, 2). Sans doute est-ce ce souci d’enseigner qui livre quelques éléments de réponse à notre interrogation.

+ Voir l'article

Réponse à Alain Escada à propos de la Marche pour la Vie du 21 janvier

Sous le titre « La Marche pour la Vie impose une réflexion stratégique » et le sous-titre « Prier comme si l’action était inutile. Agir comme si la prière était insuffisante », le président de l’Institut Civitas dénonce ce qu’il estime être « les erreurs stratégiques » de la Marche pour la Vie.

Les « erreurs » de la Marche pour la Vie

Alain Escada affirme que « cette Marche pour la Vie n’a guère pu enrayer le processus mortifère, encore moins faire entamer au législateur machine arrière  ». Les raisons en sont, selon lui, simples :

  • l’ambiance festive, sans rapport avec le drame des 220 000 avortements annuels qui serait responsable d’« anesthésier la potentielle vertu de force (des jeunes) qui pourrait les conduire à de grandes choses ».
  • aucune pancarte n’employant le mot avortement, le combat serait perdu d’avance car la Marche pour la Vie (LMPV) se laisserait imposer son vocabulaire.
  • faire référence aux droits de l’homme serait utiliser les références de l’adversaire et en accepter les faux principes, dont l’avortement ne serait qu’une conséquence ultime
  • L’erreur stratégique essentielle serait de faire « le silence total sur Dieu ».

Enfin, selon notre stratège d’outre-Quiévrain, l’exemple à suivre serait celui de l’Amérique latine, de l’Europe centrale, en particulier la Pologne où le combat mené pour la défense de la vie est ouvertement catholique. Oportet hareses esse, disaient nos anciens. Il convient qu’il y ait des hérésies afin de permettre de préciser les vérités de la foi. Nous ne sommes pas, bien sûr, dans ce domaine mais l’occasion nous est ainsi donnée de préciser quelques points.

Ce témoignage est-il crédible ?

Notons, tout d’abord, que les réflexions d’Alain Escada gagneraient en crédibilité s’il avait été présent à la Marche du 21 janvier 2018. Il aurait, dès la veille au soir, pu s’associer à la jeunesse catholique en prière dans l’église Saint-François-Xavier comble, pour un chapelet et un salut du saint-Sacrement. Il aurait entendu l’abbé Lelièvre en appeler à l’héroïsme, à la sainteté et au sacrifice pour défendre la vie. Le dimanche, il aurait pu prier avec les manifestants rassemblés à l’appel de SOS Tout-Petits pour réciter le rosaire ou vibrer à l’envoi en mission au service de la vie de Frédéric Espieux, appelant à voir le visage du Christ dans celui de chacun de ces enfants tués.

+ Voir l'article

Bilan 2017 de la christianophobie en France

Terres de Mission n°63 Le 28 janv. 2018

Église universelle : Se protéger et protéger sa famille de la culture pornographique

Mgr Paul Loverde, évêque émérite d’Arlington aux USA, a rendu publique une lettre pastorale : Rachetés à grand prix qui vise à permettre à chacun de se protéger et de protéger sa famille de la culture pornographique. Édite en France par la Fraternité Saint Pierre et mis, gratuitement, à la disposition des paroissiens ce texte dresse un état de la menace, répond aux objections les plus courantes et propose des moyens naturels et surnaturels de faire front. Monsieur l’abbé Le Coq présente ce livre après avoir taillé en pièces quelques lieux communs du genre : non à la pornographie, oui à l’érotisme, etc.

Église en France : ouverture des États-généraux de la bioéthique

Conformément à la loi qui prévoit une révision régulière des lois de bioéthique les États-généraux de la bioéthique ont été ouverts le 18 janvier dernier. Peu de temps auparavant, le 3 janvier, le quotidien officieux de l’épiscopat français « La Croix » avait publié un sondage très complaisant mettant en évidence le fait que les Français acceptaient majoritairement la GPA et la PMA. Membre de l’association Juristes pour l’Enfance Sabine Le Conte fait le point sur la situation juridique de ces pratiques ainsi que sur les difficultés qu’elles posent.

Église en Marche : Bilan 2017 de la christianophobie en France

Daniel Hamiche, rédacteur en chef de l’Observatoire de la Christianophobie dresse le bilan 2017 de ces actes ou mesures. En effet le christianisme en France est écrasé entre le marteau de la persécution violente, essentiellement d’origine musulmane, et l’enclume de la persécution insidieuse et légale portée par la laïcité de combat. L’alliance du sabre et de la toge pour faire disparaître les croix et les crèches des espaces publics, etc.

+ Voir l'article

Patrick Buisson : les Guerres de Vendée.

Terres de Mission n°62

Église universelle : Procès de béatification de madame Élisabeth de France

En cette date anniversaire de la mort sur l’échafaud du roi Louis XVI le 21 janvier 1793 il paraît utile de revenir sur les événements de cette période comme nous y incitait le futur président Macron à l’été 2015. Madame Élisabeth, sœur du roi Louis XVI, resta à ses côtés jusqu’à sa mort sur la guillotine le 10 mai 1794. Monsieur l’abbé Snoëk, curé de l’église sainte Élisabeth de Hongrie, à Paris, et postulateur de la cause de madame Élisabeth fait le point sur la personnalité de la princesse et l’état d’avancement de son dossier de béatification.

Église en France : « La grande histoire des Guerres de Vendée » Patrick Buisson

Patrick Buisson vient de publier un superbe album, très abondamment illustré et pertinemment commenté : La grande histoire des Guerres de Vendée. L’auteur a rassemblé de nombreux textes des témoins des événements ainsi que ceux de nombreux historiens qui ont traité de ce sujet. Avec érudition et talent Patrick Buisson explicite en quoi la résistance vendéenne a été la matrice de notre dissidence spirituelle. Il revient sur l’importance des travaux de Jacques Villemain : Vendée 1793-1794 qui rendent désormais incontournable l’attribution du terme de génocide aux événements de 1793-1794 en Vendée.

Église en Marche : A la rencontre des communautés chrétiennes de Thaïlande en France

Paul Bablot a achevé le 15 décembre 2017 à notre-Dame de Paris un périple qui de Chiang Mai en Thaïlande jusqu’à Paris l’a conduit à la rencontre des communautés chrétiennes rencontrées sur son chemin. 387 jours de trajet, 18 500 kilomètres pédalés, 23 pays traversés représentent une aventure humaine et spirituelle qui méritait d’être contée.

+ Voir l'article

+ Plus d'articles

Blog